14. nov., 2015

Novembre Noir, nuit Rouge

Le 14 Novembre 2015

 

    Le silence soudain étouffe le fracas.

   Puis, au dessus des fumées et des brumes qui courent les rues, le ciel Noir étend son drapeau, étendard de la raison. Des pas résonnent et hurlent les voitures. Des cris, des ordres fusent. Au sol des rubans Rouge colère lavent les pavés d'incandescence.

 

    Dans cette nuit d'ombre, indescriptible, les draps Noir indignation ne parviennent plus à endiguer les flots Rouge sang qui marquent à jamais la fureur sur le sol de la nation. Le cœur de l'homme cogne au rythme fou que l'effroi lui souffle. La femme s'effondre aux pieds de toutes le mères meurtries. L'enfant hagard n'a plus de mot. Il pleure !

    Noire est la raison, Rouge sont les regards.

 

    Mes doigts enfoncent les touches avec hésitation. Mon esprit ne cesse de m'intimer le silence. J'ai l'âme qui saigne. Mes pensées plongent dans les tréfonds de l'ignominie. Je vais taire mes ressentiments, ils n'ont pas d'importance.

 

    Quand se seront dissipées les humeurs guerrières, le pas lent de l'homme se soulèvera de nouveau avec hésitation. Il n'est pas de drapeau qui sache porter haut la honte qui l'habite. Il n'est pas de raison qui dise sa volonté de détermination.

 

    Si le Rouge parle, le Noir lui répond.